Appel à Communication

Les objets connectés représentent aujourd’hui un marché d’une dizaine de milliards de dollars. Ils permettent le renforcement de la société en réseaux et offrent de nouvelles perspectives en termes d’usages. Face à cette formidable innovation technologique, les chercheurs de toutes disciplines peuvent s’interroger sur l’avenir des objets connectés et de leurs usages. On peut se demander comment ces objets et techniques s’insèrent dans l’usage quotidien, affectent la prise de décision ordinaire et la nature des relations avec les marques et les institutions.

Les objets connectés qui participent à une nouvelle couche de l’Internet que l’on désigne par l’Internet des machines entrent largement dans l’espace public : des bracelets, des montres, des voitures, des piluliers, des balances, des thermostats, arrimés au bras des enfants et aux pattes des animaux, des biberons aux voitures, leur variété n’est limitée qu’à l’aune de l’imagination des designers. De manière moins visible, la coordination de ces objets est l’enjeu d’une bataille de plateformes, et leurs données promises au miracle du Big Data. S’ils mesurent à haute fréquence la moindre de nos activités, ils sont aussi le media par lequel notifications et recommandations nous sont formulées.

Pour les chercheurs, spécialistes des marchés et des sciences humaines et sociales, répondre à la question générale de comment ces technologies vont modifier notre environnement et nos actions passe par trois questions principales :

appropriation : quels facteurs conduisent les individus à adopter ces objets ? Par quelles modalités les individus s’approprieront-ils ces dispositifs ? Les risques de confidentialité et de protection de la vie privée constituent-ils un frein réel ?
expérience : quelles technologies et dans quelles conditions permettent-elles à ces objets de nous fournir une véritable valeur et enrichissent l’expérience du consommateur ? Comment la constitution des normes évolue-t-elle avec les feed-back fournis par les notifications et autres tableaux de bord qui constituent aussi et surtout l’activité des objets?
business model : quels types d’organisation vont favoriser leur développement et en faire les médias principaux de la relation qu’ils nouent avec leurs clients ? Comment les grandes plateformes seront-elles amenées à réguler leurs activités et celles des utilisateurs? C’est la question de la gouvernementalité, des nudges et de la police.

La journée de recherche se déroulera le 5 novembre 2015 co-organisée par le laboratoire Ceros-mil de l’Université Paris-Ouest, l’IESEG School of Management et l’EMLV, donne l’occasion aux spécialistes de Marketing de la Défense de lancer en commun un nouveau programme de recherche.

L’objectif de cette journée est d’évaluer le potentiel de changements comportementaux des objets connectés et des services associés dans divers domaines de la consommation (utilities, santé, transports). Quant aux propositions de communication, nous sommes bien évidemment ouverts à des recherches issues de collègues en psychologie, sociologie, économie, système d’information… Les propositions attendues sont d’abord empiriques, quel que soit leur positionnement épistémologique et méthodologique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s